Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Équipes Saint-Vincent AIC – France
Menu
Navigation

Cliquez pour faire un don en ligne

je deviens equipiere

Des nouvelles de l'AIC

AIC Madagascar

Une orpheline malgache, autrefois accueillie dans un foyer AIC, reçoit aujourd'hui les félicitations du jury pour sa thèse de fin d'étude. Bel exemple de résilience et d'empowerment grâce à l'éducation !

En 1989, la petite Georgine est orpheline et son avenir s'annonce incertain. Pourtant, cette année- là sa vie va changer, lorsque des volontaires AIC l'accueillent dans le Foyer Sainte Louise de Manakara, à Madagascar. Dans ce foyer, Georgine va bénéficier, comme de nombreux autres enfants en situation délicate, de la cantine et d'un soutien scolaire.

Les volontaires AIC sont en effet convaincues qu'instruire un enfant, c'est favoriser les changements dans leur communauté.

Et Georgine va leur prouver de façon éclatante qu'elles ont raison, puisque cette année elle a présenté sa thèse de fin d'étude en français, sur le thème de la grossesse précoce.

Elle a brillamment réussi et elle fait maintenant la fierté de ses mamans d'adoption.

Elle va pouvoir dorénavant mettre ses talents au service de sa communauté en tant que sage-femme.

Des beaux échanges entre la France et la Colombie

En 2014, l'Equipe Saint-Vincent de Saint Valéry-en-Caux en Normandie, se lance dans un jumelage avec le groupe AIC de Circasia en Colombie. Un lien se tisse par-delà les continents, une fenêtre s'ouvre sur le monde.

LAIC de Circasia, a initié le projet " Voix de la paix et liberté", dans une communauté très défavorisée où règne la violence. Pour encourager les enfants à rêver d'un monde meilleur, elle organise divers ateliers artistiques et de lecture-écriture. Des activités sont aussi proposées aux parents, afin d'inclure toute la population.

Le souhait du groupe de Saint Valéry était d'échanger sur ses projets, ses difficultés, ses différences face à la précarité, et d'apporter un soutien financier durable à l'association de Circasia. Les premiers échanges ont permis de faire connaissance. Des rapports sont régulièrement envoyés sur l'utilisation des fonds reçus. L’obstacle de la langue est surmonté grâce à la fille d'une volontaire française qui parle espagnol. Puis les échanges s'approfondissent, par l'envoi de recettes colombiennes du temps de Noël qui seront réalisées lors d'un atelier cuisine à Saint Valéry. Et par la rencontre d'artistes de Circasia de passage à Saint Valéry.

 

Le monde est petit finalement…